0 articles connexion DEVENIR ADHÉRENT DÉJÀ ADHÉRENT
Vous êtes adhérents : accéder à votre compte et vos services en vous identifiant ci-dessous :
Non adhérent ? Créer votre compte ou identifiez-vous ci-dessous :
Mot de passe oublié?
Entrer votre mail pour réinitialiser votre mot de passe
Ajouté au panier

Afrique du Sud

Un marché fidèle et résilient et un marché émergent à fort potentiel

Sur une population de 55,9 millions en Afrique du Sud, les touristes Sud-Africains en mesure de voyager ne représentent environ que 6 millions (soit 10 %). 2ème pays le plus visité en Europe par les Sud-Africains, la France est le 5eme pays émetteur de touristes (hors Afrique) pour l’Afrique du Sud.
Le secteur touristique a une place importante au sein de l’économie sud-africaine (environ 9,5 % du PIB).
Nombre de départs de touristes : en 2016 – environ 5millions dont 2,2 par avion
Dépense moyenne par touriste émis : 2016 – 2000 euros
Durée moyenne des séjours à l’étranger : 9 jours
Nombre de départs vers la France : environ 110 000 en 2016 (Atout France), 2016 a été une année de repli des départs toutes destinations confondues. En 2017 on note une forte augmentation des départs pour atteindre une prévision sur l’année de 125 000 qui correspond au chiffre de la meilleure année récente, 2015.
Mots-clefs pour qualifier le marché émetteur : Mature et émergent
Principaux bassins émetteurs : Johannesburg – Le Cap – Pretoria – Durban
Bassins émetteurs secondaires : Port Elizabeth Bloemfontein - Pietermaritzburg
Caractéristiques des touristes potentiels :
Les motifs de déplacement vers la France sont : Loisirs 55 % / Affaires 20 % / Visite de famille 25 %. Priorités affichées : tourisme culturel dont gastronomie et œnotourisme, art de vivre, « romance », tourisme urbain, montagne hiver et été, cyclotourisme, tourisme religieux, sportif, fluvial et croisières.
 
Une particularité du marché sud-africain est l’achat du voyage « tout compris », notamment pour se prémunir contre le risque de change (le rand est très volatile).
 
Les Sud-Africains qui voyagent en France souhaitent une expérience non seulement unique mais vraie. C’est-à-dire qu’ils veulent vivre comme les Français, et découvrir la France.
 
Les catégories socio-professionnelles qui voyagent sont la classe moyenne à supérieure.
 
 
Les caractéristiques marquantes des touristes Sud-Africains sont les suivantes :
  • Le premier voyage à l’étranger sera souvent soit Maurice soit la Thaïlande, pour toutes les catégories socio-professionnelles. C’est un incontournable et les voyagistes se battent pour offrir des prix extrêmement concurrentiels.
  • Les voyages scolaires, qui sont organisés dans toutes les écoles (publiques ou privées) et qui vont d’un voyage local en bus à un voyage dans les Galápagos aux alentours de 4 000 euros par enfant pour 12 jours.
  • Pour les Sud-Africains les problèmes d’insécurité sont secondaires dans le choix de destination, le premier restant le coût. Cependant les évènements dans le pourtour méditerranéen ont eu une influence (exemple : Egypte qui est de moins en moins prisée ou le Maghreb qui avait le vent en poupe avant le printemps arabe et qui depuis n’a pas pu repartir). Mais ceci concerne des destinations « nouvelles » pour les Sud-Africains, alors que l’Europe est une destination « quasi-historique ».
 
Acteurs du tourisme local :
 
Les touristes font appel aux agences et tours opérateurs à 75 % (taux d’intermédiation élevé), même s’ils se renseignent sur Internet. La place des agents spécialistes ne semble pas diminuer : sécurité et garantie de la réservation, du paiement et du soutien en cas de problème sur place. Les Sud-Africains sont habitués au service et préfèrent payer plutôt que de devoir s’en occuper. C’est pourquoi il est important de garder ce contact régulier et constant avec les professionnels du tourisme, pour les sensibiliser aux destinations et aux nouveautés.
 
Le marché est extrêmement concurrentiel et une vingtaine de tour-opérateurs généralistes couvrent la majorité des demandes loisirs, avec en plus des tour operateurs spécialisés (sport, ski, groupes scolaires, MICE).
 
Trois tendances se dessinent depuis 2 à 3 ans :
L’augmentation des OTA (agences en ligne)
L’augmentation des ITC (consultants indépendants)
L’augmentation des agences/TO « de niche »
 
Dans un contexte économique fragile en 2016, le nombre de voyageurs est resté stable.
Perception de la destination France par le marché émetteur :
L’Afrique du Sud est un pays mature en matière touristique. La France est la deuxième destination en Europe, à part plus ou moins égale avec l’Italie. Les priorités de voyage étant souvent motivées par le prix, les offres des tour-opérateurs ont un rôle important.
Caractéristiques spécifiques des clientèles qui choisissent la France :
L’image de la France passe par les clichés, même si la France c’est aussi la créativité, la technologie etc… c’est d’abord la Tour Eiffel, le Canal du Midi, Nice, ou le champagne et les produits de luxe, le marché du village, et les balades dans les rues, les sports d’hiver. La perception simplifiée est qu’on va en France pour les loisirs, en Angleterre pour la famille et le tourisme affinitaire et l’Allemagne pour les affaires. L’Espagne et l’Italie se portent aussi très bien car l’un est le pays de la fête et l’autre bénéficie d’une perception (erronée) de pays bon marché.
Il n’est pas possible de qualifier « le touriste Sud-Africain » car il y a plusieurs catégories de touristes. Le marché mature connait l’Europe et la France et y voyage depuis longtemps, certains ayant deux nationalités (dont l’une européenne) et d’autres détenant même une propriété en France. Le marché émergent découvre les voyages et va où ses relations et connaissances sont allées ou vont aller. Le bouche à oreille est extrêmement important. Et la pression sociale « peer pressure » est très forte dans le choix de la destination ou du type de vacances.
Il y a également le voyage Intergénérationnel, ce sont les grands-parents qui offrent et voyagent avec leurs enfants et petits-enfants. Le segment senior est important.
Les voyages organisés pour les jeunes en voyages scolaires représentent une part non négligeable de notre clientèle, de même que les MICE et Incentives.
Les enquêtes auprès des tours opérateurs et agences indiquent une forte augmentation des réservations de dernière minute, sans doute due à un taux de change du rand plus favorable. D’ailleurs depuis décembre 2016 la monnaie a repris environ 20% de sa valeur et les groupes d’agences et tour-opérateurs ont annoncé des ventes excellentes en janvier et février.
La politique mise en place par le gouvernement français pour la facilitation d’obtention et la rapidité de délivrance du visa a été un facteur positif, particulièrement pour encourager les groupes, MICE ou scolaires.
La France maintient sa place
La place de la France pour l‘industrie du tourisme est encore primordiale : les professionnels du tourisme ont tout intérêt à continuer de programmer la destination avec des offres adaptées à l’évolution de la demande et les actions du bureau visent à soutenir leur programmation car ils portent la destination.
Dans ce contexte tout France et ses adhérents sont présents pour les accompagner et développer leurs offres sur la France.
 
MAINTENIR NOTRE PRESENCE, UTILISER TOUS LES RESEAUX
 
En partenariat avec les adhérents de Atout France en France et les partenariats avec les entreprises en Afrique du Sud et les institutions françaises, nous allons maintenir les opérations tout au long de l’année qui mettent en avant la France en Afrique du Sud, tout en invitant en France les Sud-Africains sur des salons (professionnels du tourisme) ou lors d’évènements médiatiques (influenceurs) ou accueils de presse (Presse/bloggeurs) :
 
  • Rafraichir l’image classique de la France, « Fun France » « Festive France »
  • Capitaliser sur la France destination de l’art de vivre par excellence
  • Miser sur l’affectif et les expériences personnelles, faire parler les influenceurs
  • Cibler les marques mondiales et développer le tourisme en régions
  • Continuer la promotion de la France auprès du public jeunes et groupes scolaires, sportifs et incentives
  • Capter les croisiéristes pour qu’ils restent plus longtemps
 
 
Etude menée par SOUTH AFRICA TOURISM (l’Office de tourisme sud-africain sur le touriste sud-africain (aout 2016 – extraits) :
 
It will hardly come as a surprise that the most important reason why South Africans go on holiday is to ‘relax’ and to have a ‘break from the routine’.
South Africans go on holiday to relax mostly and their destination choices are influenced by friends’ recommendations and travel websites and affordability. Holidays are a reward for the hard work they put in their demanding daily routines and a holiday allows them to reflect and refocus, which is important to South Africans.
Familiarity brings a degree of boredom to South Africans; thus, they go for holidays to new places in search of different experiences and to break-away from the monotony. Travellers feel restricted at home and wish to get away with friends to be themselves and have fun.
The ‘new’ and emerging South African travellers, who haven’t travelled much before, see a holiday as the perfect opportunity to just get away and have fun. If these travellers can enhance their social status by posting some impressive pics on social media, even better.
The more hardened leisure travellers focus on holidays that will ‘rejuvenate their mind and body’. They tend to have busy work routines, and see their holidays as the perfect time to reward themselves with a trip that will recharge their batteries. The main purpose of their holiday is to reflect, refocus and return as a ‘better person’.
 
La partie du territoire français la plus proche est l’Ile de la Réunion, une destination exempte de visa pour les Sud-Africains à 3h30 de vol à partir de Johannesburg. Une campagne d’envergure de promotion de la destination, sur trois ans, a été mise en place en 2016. Une 3e ligne aérienne hebdomadaire a été ouverte fin 2016.
 

(c) Michael Jung